20 km de Paris = 12 km au top, 8 km de flop !

En mars dernier, je bouclais mon premier semi en 2h03. Six mois plus tard, dimanche 12 octobre, je prends le départ des 20km de Paris avec pour objectif «faire mieux». J’admets que l’ambition n’est pas à son apogée ici, mais je préfère garder la tête froide plutôt que de risquer d’être ultra déçue.

Surtout, ne pas oublier les chaussettes ! @babaorun

Surtout, ne pas oublier les chaussettes ! @babaorun

Avec un chrono de 1h54’21’’ (Endomorfun m’a dit que c’était important les secondes), l’objectif est atteint. Mon allure moyenne passe donc de 5’52 à 5’43.  Mais la fière sensation de progression se mêle au souvenir d’une fin de course lourdingue !

Promenons-nous dans les bois

Je suis prête.

Hoka aux pieds, mes chaussettes de compression rouges à pois blancs pour mieux être repérée (hein Estelle ?), et un tee-shirt sobre blanc que je porte bien plus volontiers que celui de la course, lequel collerait direct une crise cardiaque à Karl Lagerfeld.

Le départ est top, je suis dans un sas préférentiel grâce à mon dossard offert par Tom Tom. Je tchatche avec Loi, Eric, Jean-Guigui, Christelle et hop, on y va ! Pas trop de cohue, nickel.
La première côte passe comme une lettre à la poste, mais je suis tout de même contente que ça cesse au Trocadéro. Faut pas exagérer, il reste 19,5 km !

She's fresh, she's so fresh @babaorun

She’s fresh, she’s so fresh @babaorun

Dans le bois de Boulogne, je fais ma fière.
Et vas-y que je me tape la discute avec The PinkRunner et Madame, et hop un bonjour à mon chéri, et coucou les pompom girls, et hop, un top-la à Valérie, bref ça avance.

Je sirote mon bidon d’eau dynamisée à l’Overstims, quand au km 9, je décide d’ouvrir un petit gel, histoire de booster la machine.
JC : Pourtant avec une boisson, tu ne devrais pas en avoir besoin !
AL : Ben si, peut-être un quelconque effet placebo, mais j’aime bien.

Alors je dégoupille et… Paf, mon gel tombe. Adieu, caramel au beurre salé, je t’aimais bien tu sais ! Je me rabats donc sur les raisins secs du ravito, une vraie plaie à mâcher en plein effort, je recrache tout (pardon les passants, je sais, c’est mal de cracher, ça fait footballeur).

Sur les quais

Aaaah le passage sur les quais de Seine, les monuments de Paris qu’on ne regarde pas, la péniche et son moteur diesel qui t’en fiche plein les naseaux…
A propos de cette partie du parcours, j’ai tout entendu : le «quand tu entames les quais, tu tiens le bon bout» comme le «dès lors que tu entres sur les quais, tu vas voir, c’est horrible, ça n’en finit pas». Je tends plutôt vers l’option 2, mais tiens à apporter une variante.

photo (1)

Vieille Dame de fer et plus jeune runneuse d’enfer @babaorun

 

Les quais signifient une succession de ponts avec descentes et… montées. En gros, dans les montées, tu tires sur les bras, tu contractes les abdos (oh, bonjour petit point de côté, comment vas-tu ?), et dans les descentes, tu relâches, t’as méga envie de faire pipi, tu te dis que faut vraiment que tu bosses ton périnée, bref, c’est l’horreur.
JC : Fallait aller aux toilettes avant la course !
AL : J’y suis allée à la maison, et aux départs des courses, y’a toujours trop de monde et pi là, j’avais pas envie !
Et sur les quais, de plus en plus de monde encourage –merci les gens-, j’ai envie de faire bonne figure, mais je n’y arrive plus.

L’approche du km17

Les potes d’Urban Running (mon club d’entraînement, merci UR, si je progresse, c’est grâce à vous) m’avaient dit qu’ils se posteraient là, je m’attends donc à les voir. Mais comment vais-je faire pour leur sourire, nom de Zeus ! Marc m’a doublée un peu plus tôt, et j’avais tellement de mal à lui offrir un rictus de type post-anesthésie dentaire.
Je ne verrai pas mes copains urbanrunners de toute façon.

P**** de tunnels ! @babaorun

P**** de tunnels ! @babaorun

 

Là, j’oscille entre un timide soulagement (chouette, on to urne enfin sur les Quais rive gauche !), et une bonne dose de ras-le-bol. J’essaie de tenir le choc, en martelant dans mon esprit qu’il ne reste «que» 3 km. 3 km donc un peu plus de 7 tours de stade… Une paille pour Paula Radcliffe, me dis-je. Sauf que je me fiche de Paula Radcliffe à cet instant précis.

Au niveau du musée d’Orsay, je fais un micro stop. Le stop and go de la fin va commencer.
Régulièrement y’a un couillon ou une couillonne pour me dire «Allez, il ne reste que 500 mètres» ; 500 mètres, mon œil oui ! (plus jamais je n’essaierai de booster les coureurs avec des infos faussées, pftt, promis, juré, craché). J’ai une montre qui m’indique que non, ni cette arche, ni cette sculpture de Nikki de Saint-Phalle ne marquent l’arrivée.

IMG_9818Je n’en peux plus, je stoppe encore à moins de 500m de l’arrivée. Et je relance, en essayant à chaque fois d’allonger un peu ma foulée pour rattraper le temps de pause. Du grand n’importe quoi ! Je n’arrive plus à regarder mon chrono de toute façon pour savoir si je suis restée dans les allures. Je passe la ligne, j’appuie sur le bouton stop et… 1h54’21 » m’indique la Suunto. Inespéré.

Je m’écroule (car je sens que j’ai la tête qui tourne) à côté de la tente de la Croix Rouge, qui ne bouge pas d’un iota. J’aurais dû le faire plutôt à côté des pompiers tiens ! De toute façon, sous leur tente, pas la moindre chaise pour s’asseoir.
Je me relève pour répondre à l’appel de la micro bouteille de flotte distribuée. Je peux en avoir une autre ? Ah non, c’est une par personne, basta. Merci-de-rien Madame. – Même les bénévoles parisiens ont ce côté bouledogue quand ils te parlent. En Lozère, c’est autre chose. Je dis ça, je dis rien.
JC : Et j’te dis pas à Boston comme ils ont tous le sourire, rien à voir.

Je retrouve enfin mon chéri looké comme un cycliste, il me félicite, tout en me précisant que je cours trop en canard. Comment ça, j’ai pas la foulée de Rose Chelimo, qui, elle, boucle son 20km de Paris en 1h05’51’’ ?!
JC : Je trouve surtout que tu as fait une belle course. Bien plus régulière objectivement que ta perception. C’est une véritable étape dans l’apprentissage pour ton futur marathon de printemps… Tu vas quasi aussi vite sur 20 km que tu n’allais il y a un an sur 10 ! Ça c’est le vrai bilan de tes 20 km de Paris.

20km de paris babaorun temps

Finalement, mon classement dans ma catégorie me plaît !

Amen !


Retrouve aussi sur babaorun :

Mange gras, et tu maigriras !
Le test des Hoka Conquest
Les bons plans des babas à New York 

 

 

Ce contenu a été publié dans Courses, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

16 réponses à 20 km de Paris = 12 km au top, 8 km de flop !

  1. vivie dit :

    Eh ben bravo AL ! En plus tu as LE commentaire hyperpositif de ton chéri. …

  2. Il a raison JC, l’important c’est la façon dont tu as géré. Ça fait 3 fois que je fais cette course. La première fois je me rappelle plus trop (froid, pluie battante, blessure). L’année dernière j’avais detesté autant que toi. Je m’étais ennuyé et endormi en écoutant de la musique. Cette année, j’ai juste kiffé. Comme quoi.

    • AL dit :

      J’ai pas totalement détesté puisque j’ai battu mon RP sur la base du semi. Donc l’an prochain, vais me régaler alors ?

  3. TITA dit :

    À L Je n’ai toujours pas eu ma réponse d’il y a 3 babaorun, qu’est le pisse-mémé ?

  4. Clémentine dit :

    Très positif !
    Bravo

  5. Thepinkrunner dit :

    Tout n’est quand même pas à jeter tu as fait un joli chrono sous un très beau soleil, le bilan est donc positif.
    En tout cas, nous on a étés très contents de te revoir bises

  6. Steph dit :

    Bravo c est un super temps n oublie pas que tu es une jeune coureuse!
    Tu as du perdre un peu d energie dans ton euphorie du give me 5 du debut de course
    Mais tes soucis de fin de course ne sont qu une histoire d experience et tu vaudras rapidement moins de 1h50
    Encore bravo

  7. Philippe dit :

    Bravo TomTom et Nana !

  8. valérie SECKLER dit :

    Mais oui c’est bon ça ,tu es sur la voie de la progression…. c’est ton mental qu’il faut endurcir, ne rien lâcher même si tu vois le chrono visé dériver un peu , garder la concentration et se dire que tant que la ligne n’est pas franchie rien n’est perdu, rien n’est joué. Tu as bien tenu , seule, et tu as relancé pour finir. donc oui c’est positif;
    pour l’avoir fait au moins 5 ou 6 fois Cette course que j’adore, je peux te dire que oui quand tu abordes les quais , tu te dis que c’est là que la « vraie » course commence avec la succession de tunnels usants ; comme toi , quand on bifurque enfin coté tour Eiffel, je me dis qu’on tient le bon bout et là, de nouveau sur les quais le 18e et 19e paraissent interminables …… l’année dernière où je l’ai faite, en reprise, pour le fun, sans avoir fait de sorties au -delà de 12/13 bornes, j’ai commencé à être dans le dur à partir du 16e ….
    Donc Bravo & trop trop fun tes chaussettes;-)
    tu étais bien quand je t’ai vue .. a bientôt

  9. Ping : [Récit] 20 km de Paris 2014 – Un 2ème anniversaire au top ! | Endomorfun

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *