14 gogos à travers -pas tout à fait- 25 bosses

Je n’ai aucune personnalité, je fais tout comme JC ! Donc, comme il a fait le circuit des 25 bosses (avec Philippe alias Jahom) en juin, je me devais de le parcourir aussi.
Meuh naaaaaan, en vérité, les choses ne se sont pas tout à fait déroulées de la sorte.

JC : Ouais, ben fais gaffe de pas te retrouver inscrite au marathon de Paris 2014 à l’insu de ton plein gré hein !?

Il était une fois…

25_bosses_CR_groupeIl était une fois 14 personnes se connaissant toutes plus ou moins, et qui , après un échange de quelque 70 mails (qui part d’où, on y va, on n’y va pas, va pleuvoir ou pas, on pique-nique, on pique-nique pas, qui a un Camelbak, des shoes de trail, etc.) parvinrent à se mettre d’accord pour  crapahuter en forêt.

Il se donnèrent rendez-vous à 9h sur un parking dans la pampa et partirent sur les chemins à… 9h45. Cherchez l’erreur !

Objectif 25 bosses, réalité 24 bosses !

25_bosses_CRLe « circuit des 25 bosses » consiste en un parcours de 17 km, ponctué de 25 collines (qui totalisent un dénivelé de quasi 900 m) sises dans le coin des Trois pignons, en forêt de Fontainebleau. Parfait pour s’entraîner en région parisienne quand on envisage de prendre le départ d’un trail. Ça tombe bien, le 5 octobre, je vais humer l’air de la montagne à Gap, pour 12 km avec 750 m de dénivelé. Une broutille pour certains, un défi pour moi.

Donc nous partons bon pied, bon œil, boostés à la motivation, pleins d’énergie (et d’abricots secs), et hop, hop, hop, on court. Nous courons avec tellement d’entrain que… nous loupons la première bosse ! Stoooop ! Olivier, notre mono du jour, jette un œil à sa carte, et Jean-Guillaume, le mono de secours, nous indique par où corriger notre erreur.

N’oublie pas de monter là-haut

Les marques rouges indiquent le chemin. Ici sur un rocher lapin bélier @babaorun

Le chemin est indiqué par des marques rouges. Ici sur un rocher lapin bélier ! @babaorun

Et cette 1re bosse (pour nous) grimpe. Non seulement, ça monte, mais en plus, c’est blindé de sable, d’épines de pins, de racines et de cailloux. Nous arrivons au sommet tels des Maurice Herzog de la forêt, victorieux et contents !
Nous attendons Fabienne, qui peine à suivre la cadence des coureurs. Ce qui nous arrange bien, car cela nous offrira l’occasion de faire de nombreuses pauses, salvatrices.

Des descentes soft

AL joue à saute-rocher !

AL joue à saute-rocher !

Quand nous redescendons, nous essayons de mettre les watts, mais les racines polies par les passages répétés glissent, sans oublier les épines. Et plus nous avançons, plus nous chargeons nos pattes, et nos appuis se font de moins en moins sûrs.

J’essaie de rebondir, mais je manque de me gameller, et me rattrape in extremis. Aux deux-tiers du parcours, je sens que mes guiboles flageolent facilement, ayéééé, je peine, donc je ralentis.

Il nous reste combien là ?

Voilà le leitmotiv de notre sortie. Comme nous avons foiré notre début, nous avons du mal à évaluer ce qui nous reste à parcourir. Nous nous enfilons des gels, en misant à fond sur l’effet boost, espérant que nos jambes avanceront toutes seules.

25_bosses_CR_NarcisseNous passons quelques bosses bien techniques où il faut se hisser à la force de nos bras (et j’y arrive, incroyable mais vrai !), sauter d’un rocher à l’autre à 2,5m du sol, ou passer entre deux parois étroites ; un passage hyper délicat. Même Narcisse y va mollo, c’est dire ! Nous passons une grotte dans laquelle se planquent Narcisse, Anne-Claire, Cassandre et Alexandra pour balancer des pommes de pin en fourbes.

Bientôt la fin

AL et Alexandra

AL et Alexandra

Je reprends un peu du service dans les lignes droites ou planes ou les deux, en courant à une allure – très modérée. Mais les passages dans le sable me rappellent tellement que je possède des cuisses, des fesses, des mollets en souffrance, que je marche aussi pas mal.

Nous passons une zone dévastée par le feu, puis une plaine digne d’un tournage de la guerre des étoiles, et enfin des rochers, des rochers et des rochers, puis un passage blindé de grimpeurs. Plus qu’une bosse. Des escaliers pour parvenir au sommet malmènent certains d’entre nous stoppés dans leur élan par quelques crampes.

Garmin 110 n’aime pas Fontainebleau

Il faut que ça cesse, j’ai plus d’eau (rha, la raison toute moisie, en vrai, j’ai tout de même un peu mal aux jambes, j’avoue !). Nous finissons enfin notre parcours après 3h20 d’efforts et un parcours de près de 4h30 ! Ma Garmin a eu énormément de mal à nous suivre, demandant régulièrement si nous étions à l’intérieur quand elle ne captait plus les satellites, haha, c’te bonne blague.

JC, tu avais fini en combien de temps toi ?

JC : Je crois qu’on avait mis 2h35 par là. J’avais adoré cette sortie. Super content que tu aies pu la faire aussi.

25bosses_CR_babaorun

Bilan de cette sortie : un très joli environnement, de bonnes odeurs de pin, du rire (le ton Urban Running quoi !), une chouette échappée finalement assez physique et qui nous

Arrivée, enfin ! @babaorun

Arrivée, enfin ! @babaorun

a donné faim et soif.

Mes shoes : les Asics Trail running Gel Trabuco de la précédente saison, et merci à elles !
Mes muscles insoupçonnés : triceps, grands dorsaux, fascias et grands fessiers, ainsi que les chevilles.

Et un lundi où je déclare que mes fesses sont décédées !

© photos : Alexandra, Narcisse, Jean-Guigui, Cassandre, babaorun…

Découvrez aussi la vidéo très sympa de Jean-Guillaume, d’Endormorfun :

Ce contenu a été publié dans Entraînements, On sporte bien, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

16 réponses à 14 gogos à travers -pas tout à fait- 25 bosses

  1. Je m’inscris en faux. Le RDV à 9h c’était à Choisy pas au départ.

  2. Comme je ne peux pas le faire sur FB, je passe par ici et je plussois cet article !!! ^^

  3. Fabienne dit :

    Eh on dit merci qui pour les pauses hein? ;-p lol
    Chouette ton article en tout cas, thanks!

  4. Attention à ne pas tout confondre. Quand tu fais les 25 bosses en mode « touristes qui s’essaient à la rando-course », tu passes par toutes les voies un peu touchy. Et quand tu es en groupe, c’est chacun son tour … Tu auras remarqué que les vrais pros du trail (donc le gars qui avait plus d’abdos qu’un humain normal comme s’il avait grandi trop près d’un grillage) passent à côté des trucs un peu trop « escalade » quand ils peuvent. OK il envoient quand même dans les descentes un peu plus que nous autres, paranoïaques de la cheville et des genoux. Quand on voit le niveau de ceux qui s’entrainent dans les 25 bosses, on ne s’étonne pas que le vainqueur de l’UT4M 2013 soit un petit jeune originaire de Seine-et-Marne.

  5. Sinon AL, tu hésites vraiment pour le Marathon de Paris 2014 ? On devrait être pas mal chez UR à le faire (tous ceux qui ont fait le semi en 2013 déjà).

  6. Alexandra dit :

    Ah oui AL on compte sur toi pour le marathon de Paris !!!
    Celui du mont blanc ce sera pour 2015…..

  7. Jaife dit :

    Ce parcours est vraiment sympa ! Tu aurais pas retrouvé ma cheville droite sur le parcours ?

  8. Cyril avait prévu de m’emmener faire ce parcours à l’automne, bon je crois que je vais attendre un peu!
    Bravo AL une super prepa pour Gap!

    • AL dit :

      Mais si, y’a même des gens qui le font avec des enfants (bon peut-être pas les 25), et tu peux tjs contourner. C’est sûr qu’avec un poignet en vrac, c’est plus ardu. Regarde, on a ajouté une vidéo.

  9. doune dit :

    Elle est super cette sortie… j’y avais été en 4-ailes, que des bons souvenirs… à part la rocailles à monter / descendre / passer dessus / passer dessous…

  10. Ping : Les « 25 bosses » avec le team Urban Running de Vincennes (vidéo) | Endomorfun

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *