Scott et Asics mettent le Cap

Quand BabaOrun est en vacances, pas évident avec quatre trolls de gambader, tenir un blog, prendre le temps. Mais tel un nouveau défi, nous saisissons chaque petite opportunité pour lier l’utile à l’agréable.

C’est ainsi que nous avons chaussé nos nouvelles shoes de trail pour aller les tester sur du bon chemin corse. Du caillou, de la poussière, et une bonne dose de chaleur, sur le sentier des Douaniers du Cap Corse.

Aux pieds AL en Asics Trabuco,
JC en Scott Kinabalu

asics-trail-scott-trail

A G, les Asics Gel-Fuji Trabuco, à D, les Scott T2 Kinabalu. ©babaOrun

AL : Cet automne, je vais prendre le départ de mon premier trail avec le team Asics Presse. Un parcours plutôt courte distance pour le Trail de la brèche, dans le cadre de la Gapen’Cimes. J’avoue que je ne suis pas tranquille, craignant de faire une chute sur mon épaule, donc il me faut apprivoiser quelque peu les montées, et surtout les descentes. A moi, les chemins corses, parfait terrain de jeu. N’ayant pas de chaussures de trail pour m’entraîner, à Cham’, je remédie à ce manque.

J’essaie une palanquée de modèles ; mon brief : un bon amorti, pas trop light pour débuter. Comme trop souvent dans les magasins, impossible de trouver ma taille parmi les modèles femme (en trail, je monte limite au 42 !), et je dois me replier sur des chaussures homme, souvent trop larges, grrrr.
Je jette mon dévolu sur des Brooks Cascadia, mais mon gros orteil à la retrousse butte quelle que soit la taille. J’écarte aussi les modèles à laçage élastiqué. Je veux pouvoir maîtriser mon laçage, pas trop serré sur le coup de pied mais avec un bon maintien autour de la cheville, vers le milieu et les orteils.

maquis-corse.jpg

Le maquis qui sent si bon. ©babaOrun

Finalement, je trouve assez logique d’acheter des Asics, puisque c’est la marque avec laquelle je courrais à Gap. Ainsi, je m’habitue avant l’heure. Pas plus mal. Mon but cet été : les user avant la rentrée ! C’est dit.

JC : Juste avant le marathon du Mont-Blanc, j’ai fait l’acquisition d’une paire de Scott T2 Kinabalu. J’ai

pourtant bien couru mon marathon en Asics Fuji Fell Racer, pure question de confiance et j’avais l’habitude lors de mes entraînements. Mais ces nouvelles traileuses augurent de bonnes sensations.
Bien stables, légères, et un grip qui se respecte. Mes Asics de toute façon ne vont pas faire long feu tant le mesh se déchire à vue d’oeil… Apparemment, un vrai souci pour la marque, car certes ce mesh procure une légèreté au modèle, loin d’être négligeable, mais question solidité, copie à revoir.

Petit entraînement, gros cagnard

Après un petit déjeuner face à la Grande Bleue sur la terrasse, nous décidons donc de faire une virée dans les sentiers du Cap Corse, histoire d’essayer nos nouvelles chaussures. On a envie de leur faire connaître le sable, la poussière, la caillasse et de leur faire humer le maquis, mmmm. Vous sentez ce parfum de sauge sauvage, d’arbousier, de myrte, de siste exalté sous la chaleur du soleil ? Car il a bel et bien brillé, nous chauffant la couenne de ses 29 degrés à l’ombre.

IMG_3946

Taureau qui rigole pas ©babaOrun

Notre sortie s’effectue en deux temps avec d’abord 45 minutes de marche à crapahuter jusqu’à… une magnifique plage où des vaches -de vrais bovins, pas des dames échouées sur le sable comme un vacancier l’a laissé entendre, l’enfoiré [ndAL]- et un taureau couillu viennent s’abreuver. Baignade, aquajogging (récup de JC oblige), dos crawlé (rééducation de l’épaule d’AL oblige), glande, glande et reglande (vacances obligent), avant de repartir pour 2 heures de marche tonique à 16 h.

AL encore fraîche... ©babaOrun

AL encore fraîche… ©babaOrun

AL : Il fait une chaleur de bête, et malgré mon chapeau, j’ai le visage qui bout. Notre eau a chauffé. De l’eau chaude… juste ce dont je n’ai pas envie pour me désaltérer (oui, je sais, dans le désert, ils boivent du thé chaud !). On monte, on descend, on marche à une allure assez soutenue. Je ne me sens pas encore de courir, j’accélère juste dans les descentes pour voir ce que ça donne. Je suis trop prudente, peut-être.
Mais mes pieds réagissent bien. Je tente de faire des petits bonds, le grip de mes Asics est impec, je ne glisse pas dans les cailloux bien secs. Mes chevilles ne morflent pas, bien tenues malgré tout. Et comme j’ai mes chaussettes à orteils, je ne souffre pas de la sueur entre les doigts de pied. Parfait.
Je m’essouffle un peu sur les montées, mais rien de dramatique. Faut dire aussi que le dénivelé de ce parcours n’est pas dingue > +300. Mais je n’entends pas faire d’emblée un km vertical pour démarrer !

JC approche de la Cala genovese ©babaOrun

JC approche de la Cala genovese ©babaOrun

Le paysage est juste splendide, l’eau limpide, tout est azur. Les lézards par centaines nous ouvrent le chemin. JC est devant.

JC : Et voilà, c’est moi qui porte le sac. Un Salomon de rando Revo 25 gagné au trail des Cerfs, un lot fort utile. Ce sac est top, il ne me tient pas trop chaud et ne bouge pas.
On se fixe un but ou plutôt une butte, dont on veut atteindre le sommet. Mais en réalité, après ladite butte, le sommet est plus haut. AL n’a pas envie de pousser plus avant, j’en profite pour filer à mon allure trail et rallonge notre petit périple de 1,5 km.

Je me régale, ça sent si bon et de là-haut, j’aperçois le village de Barcaggio à la pointe du Cap.

Scott aux pieds, JC toujours prêt ! ©babaOrun

Scott aux pieds, JC toujours prêt ! ©babaOrun

Au retour, je rattrape AL, et nous sentons bien malgré tout que cette sortie tire un peu dans les pattes. Mes toxines du Mont-Blanc remontent un peu à la surface !
A l’arrivée, une paillotte nous attend, elle s’appelle U Paradisu, et une Orezza-orgeat bien fraîche nous attend.

Je kiffe mes Scott, à tel point que je regrette presque de ne pas les avoir chaussées sur le marathon du Mont-Blanc. Les appuis sont plus sécurisants, le mesh tient mieux, et l’amorti moins sec. J’ai roulé Scott quand j’étais VTTiste, je suis content de retrouver Scott pour trailer cet été !

 

Cap Corse ©babaOrun

Y’a pas que Porto Vecch’ en Corse ; le Cap si sauvage est magnifique aussi ©babaOrun

Ce contenu a été publié dans Matériel & équipement, On sporte bien, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Scott et Asics mettent le Cap

  1. Ping : Initiation au trail d’une CoCo | babaOrun

  2. Ping : 14 gogos à travers -pas tout à fait- 25 bosses | babaOrun

  3. Ping : Adizero Boston 4. Prêtes pour le marathon ? | babaOrun

  4. Ping : Mon premier trail à la Gap’enCimes | babaOrun

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *