Tous les deux à poil par -175°C !

JC a dû être viking dans une vie antérieure. Ou Russe bourré peut-être. Pourquoi  ? Parce qu’il veut se faire froid et pas que dans le dos.

L’an dernier, souvenez-vous fidèles lecteurs de Babaorun, il testait déjà la cabine de cryo de l’Insep. Cette année, non seulement, il se lance dans une nouvelle aventure glaciaire, mais en plus, il embarque Anelor dans son trip. Et cette gourdasse, elle suit pardi !

Tout le corps dans le congélo

La cabine, tout confort @babaorun

La cabine, tout confort @babaorun

Direction Franconville, belle bourgade, surtout un soir d’hiver. Là, un cabinet de kiné dispose de la machine Cryocare (ils ne sont encore qu’une petite trentaine avec de tels équipements en France pour le moment).
A quoi ça ressemble ?  A une sorte de gros sarcophage vertical rembourré à l’intérieur, dans lequel on grimpe en sous-vêtements, chaussettes et gants. Chic garanti.
Le kiné ajuste la hauteur pour dégager la tête, histoire de ne pas se retrouver noyé sous l’azote qui est pulsé pour faire descendre la température en un rien de temps.

Avant de passer dans la froidure (entre -110 et -190°C pour les plus téméraires), on remplit un questionnaire un peu médical et déclaratif, et le kiné prend notre tension.  Ce genre de soin n’est pas adapté pour qui  souffre d’hypertension, porte un pace-maker ou présente des cicatrices purulentes. Ouf ! On l’a échappé belle.

AL : Quoique avec JC récemment opéré, tout de guingois et asthmatique, je me dis que c’est pas gagné.
JC : Mais vas-y, fais-moi passer pour un vieux tocard toi !

Avec les potes, on a moins peur

On y  rejoint un petit gang de runners : Marc Lozano, Guillaume Londsrunner, Gregory… Anelor, seule nana au milieu de toute cette testostérone.
On se met tous tout nus et… en sous-vêtements.  JC et Marc en profitent pour jouer les exhibos boxer, tandis qu’Anelor revêt un moelleux peignoir.

JC : Depuis l’Etape du Tour, Marc et moi sommes intimes.
AL : Ouais, enfin, t’as surtout été intime avec la Croix Rouge en haut du Tourmalet, je te rappelle !

 

« Honneur aux femmes », disent-ils en chœur

AL : Ok j’y vais, je tombe le peignoir et me voilà enfermée dans ce truc avec l’azote qui souffle. Les degrés descendent ultra rapidement, jusqu’à atteindre -170°C. La séance ne dure que 3 minutes. Enfin « que »… tout est relatif. 3 minutes suffisent bien à me peler copieusement les miches.
Je tourne sur moi-même pour répartir le froid, et je souffle devant mon visage afin de ne pas me laisser envahir par la fumée.
Le kiné parle, je dois lui répondre activement, lui montrer que je ne perds pas connaissance, que je ne m’endors pas dans le froid. Hop, c’est déjà terminé. Le temps a vite passé.

Help, help ! @babaorun

Help, help ! @babaorun

Je sors. Mes ischios picotent. Normal, me dit-on, on sent d’autant plus l’effet du froid sur les muscles endoloris. Il faut croire que j’ai donc des muscles derrière les cuisses qui ont récemment bossé, c’est bon signe.
A ton tour, mon chéri !

JC : Je me sens tellement à l’aise entre amis que je ne m’aperçois pas que je suis presque nu ! J’entrer dans cette cabine à «sorbeter» un homme.
Guillaume Lange, kiné en chef, jacasse et ne cesse d’appuyer sur le bouton pour injecter de l’azote. J’ai la chair de poule et, triste réalité, le kiki qui se réduit à vue d’œil !
(AL : Non mais les mecs, je te jure !).
– 175°C ! La vache, je ne peux retenir cette banalité primaire : c’est froid… – et oui, l’azote refroidit aussi le cerveau.

 

Après la séance

Nous rentrons en RER (trajet digne de Pékin Express), et là un furieux coup de mou nous gagne. Sensations de nausée même, notamment pour Anelor qui est toute blanche.

AL : Non pas que je sois méga bronzée d’habitude, cela dit.
JC : Je ne me sens pas non plus super super bien, et Vincennes me paraît tellement loin.

On pense subir une petite fringale.

Après décongélation

JC : Ayant fait une séance très tonique d’appuis mardi soir (la veille), à J+1, j’étais bien courbatu aux mollets. Et le lendemain, comment allais-je me réveiller ? Normalement à J+2, j’aurais dû être plein de toxines. Et bien non ! Magie du froid, les courbatures sont parties à 90%. Trop bien Franconville !

Opération rétrécissement @babaorun

Opération rétrécissement @babaorun

AL : Aucune douleur aux ischios et je ne sens pas non plus de courbatures aux bras malgré les pompes et les dips de Marc Raquil qui m’avaient laissé quelques souvenirs. Je  sens cependant que cette séance « sportifs surgelés » a eu un effet sur mon système digestif, car le lendemain, je n’ai toujours pas un appétit féroce, alors que j’ai très peu dîné la veille.
Le reste de la semaine, je me traînasse. Super fatiguée, mais mes collègues disent la même chose, sans Cryocare.

JC : Moi j’ai mangé tout à fait normalement. J’ai uriné davantage que d’habitude, et j’ai senti mes muscles se sécher quelque peu. La séance du lendemain midi s’est très bien déroulée. J’ai du mal à «sentir» les effets sur ma progression, car je suis en reprise et donc, en progression quasi constante.

 

Au-delà des Babas

Les recherches autour des bienfaits du froid vont bon train. Que ce soit dans un contexte médical, sportif ou même à des fins amincissantes, on voit fleurir des applications cryo-quelque chose partout.

La CCE (non, pas la Confédération des Coureurs Emotifs > La cryothérapie corps entier), quant à elle, promet nombre de vertus parmi lesquelles :

> une meilleure récup après un effort voire une blessure, une vascularisation profonde améliorée, un effet anti inflammatoire (bien contre les tendinopathies)

@Wiki

Stretching impec @Wiki

> grâce à une cure de cryothérapie, normalement, on dort mieux, on a une plus belle peau (notamment ceux qui souffrent de psoriasis devraient essayer paraît-il), on note aussi un effet sur le poids (AL : tu m’étonnes, on nous a dit que ça mobilisait plus de 1500 calories en une séance ! / JC : Permets-moi de douter…), l’effet draînant est notoire, on se sent détendu –voire raplapla.

> les personnes souffrant de maladies dégénératives et inflammatoires peuvent voir leurs douleurs soulagées, ainsi que les gens atteints de sclérose en plaques.

Nous, simples sportifs, on s’est dit qu’il faudrait renouveler l’opération pour en tirer vraiment des bienfaits à moyen terme.

Tarif d’une séance Cryocare : 40 €

Voir aussi sur Babaorun :
Anelor qui se lance sur son premier marathon
L‘évaluation 2014 des Baba

Test chaud/froid : la laine merinos

Ce contenu a été publié dans On sporte bien, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à Tous les deux à poil par -175°C !

  1. Rohnny dit :

    Et bien, il faut le faire… Un post bien intéressant 🙂

  2. Dreyliciouss dit :

    Intéressant comme essai. Merci d’avoir partagé ca !

  3. seckler valérie dit :

    tiens tiens , j’serais bien curieuse de tester ça une fois …… pour l’effet post Cryo => nausée /fatigue, le Kiné vous avait prévenu ?? c’est normal , nan??

  4. Ping : Ne cours pas plus, cours mieux ! | BabaOrun

  5. Ping : Je suis devenue une femme à lunettes | BabaOrun

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *