La Nike Woman Race, du sport au marketing

@E. Epp pour Babaorun

@E. Epp pour Babaorun

Nike pour moi représente une marque championne. Championne dans bien des disciplines sportives, mais par dessus tout, championne du marketing.
Et aujourd’hui, je viens d’en vivre la parfaite démonstration.
Aujourd’hui, j’ai couru 10km, mais ça, ce n’est pas très important.

#Justdoit, tout ce qui compte

Car le plus important en ce dimanche, c’est le hashtag. Après quelques semaines au gré des #betterforit et des #Niketraining, lors d1runner1runneusee séances de PPG qui n’ont rien à envier aux mariages Moon, place au #werunParis, inscrit en grandes lettres jusque sur le portique de départ et d’arrivée. Des fois qu’on lève la tête.

Autre truc malin : aller chercher son dossard non pas dans une tente mais dans un shop de la marque à la virgule. On obtenait un très joli tee-shirt (allô ? Les 20km de Paris ? La course du château de Vincennes ? #inspiration ?), dans une matière toute douce super agréable, une jolie coupe et avec ce maillot…, un bon de réduction pour shopper le bas des fois qu’on ait envie du short assorti. Du Nike partout. Kalenji, d’habitude si visible, est si peu présent sur cette course !

@babaorun

@babaorun

Enfin le lieu, la Cité de la Mode et du Design, avec un after possible sur la magnifique terrasse du Wanderlust, so hype.
JC : Il faut que je me laisse pousser la barbe alors ?
AL : Oui, et tu pourras mettre des Birkenstock mais sans chaussettes dedans s’il te plaît !
JC : Jamais de chaussettes moi…

Un lieu un peu moins agréable cependant quand on doit faire la queue pour rejoindre la ligne de départ, oet à la consigne après la course.
Et là où ils sont vraiment fortiches chez Nike, c’est d’avoir réussi à ensoleiller leur course. Total respect. Comment ça, ça coûte rien ça ?

Petit bonus à noter : une médaille particulière, avec un collier fantaisie gravé.
JC : Ça va faire bizarre dans nos toilettes parmi notre musée des médailles !

@Nike#WeRunParis/FB

La médaille de la course, gravée sur l’envers @Nike#WeRunParis/FB

Ce qui compte VRAIMENT

Mais il ne s’agit pas d’oublier l’essence même de ce pourquoi on est toutes là : la course à pied.

Au début, face à cette marée orange exclusivement féminine, je me dis ras-le-bol de ces grandes mascarades trop orchestrées, loin du vrai sport, où tout ce qui compte c’est de viraliser. On est là, toutes en uniforme (de l’avantage d’un dossard avec un prénom qui permet d’être encouragé…), un peu ridicules non ?
Pourtant, je me ressaisis et je décide de voir également et surtout l’endroit de la médaille.

nike womens race départ

@A. Ferrante pour Babaorun

Je constate d’abord que nombre de participantes sont jeunes (JC : Jeune… moins de 46 ans c’est ça ? / AL : Encore plus jeune !) , et donc qu’un événement comme celui-là permet d’initier une population, d’élargir le champ des mordues.
Je sais que beaucoup apprécient modérément cette démocratisation du running qui tourne à la mode, qui va des stades aux réseaux sociaux, qui le rend donc moins technique, moins puriste, dénaturé. Cependant, n’oublions pas que la course à pied présente cet avantage d’être pratiqué à tout âge, partout, et quel que soit le niveau. Dont acte !

Ce matin, Christelle Daunay court aussi. Quand on y réfléchit, il existe peu de sports où les grands champions et les débutants prennent part à la même épreuve. Essayez de jouer au tennis contre Wawrinka…

Ma course ou plutôt la course de mes collègues

Elles : Cette course, je m’y suis inscrite à cause/grâce à mon-travail-ma-passion. Invitée à former une équipe, j’ambiance mes collègues, qui relèvent le défi. Yeah ! Let’s go avec un petit team qui s’entraînera donc religieusement chaque mercredi durant cinq semaines. La mise en place de notre participation est plus que chaotique, mais les filles partent motivées comme jamais.

Parcours @babaorun

Parcours @babaorun

Moi : En ce qui me concerne, je sais qu’en prenant le départ de cette course, je ne ferai rien de bien, après un mois de mai fractionné par les ponts, les entraînements peu suivis et, l’apothéose, une gastro bien carabinée la semaine dernière. Alors je propose à une collègue dont c’est la première course de l’aider à aller au bout en moins d’une heure. C’est ma première fois pour moi aussi, première fois que je fais le lièvre !

@A. Ferrante pour Babaorun

@A. Ferrante pour Babaorun

Elle et moi : Malgré un début de course limite courable parmi cette foule qui n’avance pas (Nike, la prochaine fois, faites des Sas, c’est super pratique), nous améliorons grandement notre technique de zigzag, de montées de trottoirs, de terre-plein, d’évitements de poteaux, de crottes de chien et de passants. Le parcours nous offre en outre quelques montées sympas et, en toute logique, des descentes, où nous pouvons un peu rattraper le chrono (mais difficile de vraiment booster, euh non pardon, on booste pas chez Nike !).
Finalement nous passons le portique à 59:30, bravo Audrey, well done ! Un résultat indiqué par mon chrono, car pour ce qui est de trouver les résultats officiels, on repassera.
Il faut croire que pour la marque à la virgule, ça n’a que peu d’importance. Mais nous, on est contentes et ça, ça compte.

@R. du Boÿs pour Babaorun

Dreamteam @R. du Boÿs pour Babaorun

Babaorun te propose de poursuivre ta lecture avec d’autres articles super intéressants. Si, si. Clique, tu verras :
> Les petits seins ont aussi besoin de soutien. Les brassières de running qui vont bien. (pour info, la prochaine Pasta Running Party le 2 juillet 2015, recevra la marque Anita, THE référence du soutien des sportives).
> Si l’on s’interroge sur ce qu’est vraiment une course, voici un post qui peut vous intéresser La Rochambelle, 5km non chronométrés.
> Nous vous invitons en outre à aller lire nos articles spécial nutrition. Y’a plein de bonnes choses à prendre.

A lire aussi : le CR de Mary, le CR de Nadia, le CR de Raphaëlle

Ce contenu a été publié dans Courses, On sporte bien, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à La Nike Woman Race, du sport au marketing

  1. Nolwenn dit :

    D’ailleurs j’ai pas bien compris pourquoi elle venait là Christelle Daunay…
    Je vais multiplier les lectures de compte rendu et j’aurai l’impression de faire un copier-coller quand j’écrirai le mien mais pas grave lol On est toutes assez d’accord !

  2. valérie SECKLER dit :

    M’ouais …. bon pas pour moi ce genre de « festivités », suis trop claustro …
    le bon point comme tu dis, ça permet à certaines de découvrir le running de façon « ludique » & en équipe … et pis jouer le rôle de lièvre pour l’occasion, c’est au moins gratifiant 😉
    Well done

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *