Le Tricotin, c’est fini !

Quand il était jeune et fringant (donc pas plus tard qu’hier), JC traînait ses bottes dans le 13e s’il souhaitait s’enchinoiser. Bon maintenant, il va directement sur zone se mettre le feu à la bouche, et il revient avec les intestins en vrac, ce qui l’empêche de performer correctement sur le Mont-Blanc. Mais ça, c’est une autre histoire.

Un cadre… étonnant !

Une enseigne disco, voilà qui devrait me plaire @babaorun

Une enseigne disco, voilà qui devrait me plaire @babaorun

Donc au temps jadis, le repère favori de JC dans le quartier chinois de Paris, c’était le Tricotin. Un restaurant modeste, niché au rez-de-chaussée d’un splendide ensemble HLM, comme le 13e sait si bien nous offrir. Autant dire qu’il s’agissait d’être bigrement motivé pour faire abstraction du cadre.

Eh bien, rien n’a changé : ni l’ensemble 100% pur béton alentour, ni les tableaux feng shui de cascades illuminées animées, ni le carrelage, les nappes papier et les néons qui vont si bien au teint.

L'environnement du Tricotin envoie du lourd ! @babaOrun

@babaOrun

Mais tout cela n’arrête pas Babaorun, car nous connaissons quelques planques peu ostentatoires, qui prodiguent une cuisine étonnante, sachant ravir les papilles les plus curieuses et néanmoins exigeantes. Est-ce le cas ici ?

Pas cher mon ami, pas cher

Nous prenons place dans la salle peu glamour. Pas d’attente ce jour-là, ce qui semble exceptionnel.
La carte ne nous déçoit pas. Les prix ne semblent pas avoir atteint des sommets (compter une quinzaine d’euros par personne pour entrée + plat + accompagnement), et on peut trouver de quoi satisfaire un gros appétit avec des plats chinois, quelques classiques viêt et autres plats tendance thaï.

Du croquant, du gluant

Nems un peu trop mous @babaOrun

L’indicateur : le nem @babaOrun

JC prend des nems, notre baromètre qualité dans un « chinois ». Puis il commande des pâtes de riz (sans gluten donc, vous l’aurez noté bien entendu) aux légumes, et aussi un bœuf saté. C’est qu’il a faim le sportif !

J’opte pour du riz gluant car j’adore ça, au porc haché en feuille de lotus, soyons fous ! Je ne résiste pas non plus à l’envie de goûter aux raviolis à la coriandre.
Oui, on dit LA coriandre.

Gourmandise éteinte

Ravioli réussis @babaOrun

Ravioli réussis @babaOrun

Les plats arrivent en deux/deux, c’est un peu louche. Généralement, ça en dit long sur le mode de préparation, mais admettons que nos mets demandent peu de fignolage en cuisine.

Les nems ne valent pas grand chose. Ils manquent de croustillant, ils ne révèlent aucun goût particulier en bouche. Argh, décevant. On attaque les plats.

Une espèce de baba au riz @babaorun

Une espèce de baba au riz @babaorun

Je suis dépitée par le mien, qui s’apparenterait à du steak haché avec quelques herbes, cuit dans un bloc de riz gluant, lui-même dans une feuille délavée. Aucun intérêt.
Les raviolis à la coriandre, tout simples, m’enchantent davantage. Je pense que les gens dans les apparts du coin ont bien bossé 😉

Les légumes de JC regorgent de poivron et… de glutamate (rien à voir avec le gluten, mais on n’est pas fan non plus). Le bœuf saté en revanche lui plaît : de la verdure, des vraies saveurs, et un plat généreux, ce qui ne gâche rien.

Des cimes espérées… au gap trouvé

Le boeuf saté, pas mal du tout @babaOrun

Le boeuf saté, pas mal du tout @babaOrun

Entre des attentes haut perchées dans les cimes des souvenirs de JC, et ce que nous avons testé : un gap !

D’incontournable des années 80, le Tricotin est descendu de son piédestal au rang de simple cantine de quartier. Pas de quoi fouetter un chat, quand bien même serait-il correctement cuisiné !

Tricoti-tricoton, nous plaçons donc le Tricotin au rang des restau à oublier. Le Cambodge dans le 10e arrondissement, ou les Phó de Dong Huong, rue Bonnet (Belleville) n’ont pas trop de souci à se faire.

 @babaOrun

@babaOrun

Si vous aussi, vous connaissez cette adresse, partagez vos impressions…

Le Tricotin
15 avenue de Choisy
75013 Paris

Ce contenu a été publié dans Bonnes adresses, Restaurants. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Le Tricotin, c’est fini !

  1. Nico dit :

    Le Tricotin reste une valeur sûre pour peu qu’on se contente de la carte des vapeurs, qui à l’image des raviolis à la coriandre, restent excellentes. Le reste de la carte est en effet bien en dessous.

  2. Ping : Bo Bun à Paris : les bon bo bun des babaorun | babaOrun

  3. Bignad dit :

    Bonjour,
    je découvre votre blog avec plaisir, moi-même passionnée de running et de bouffe, enfin de bouffe et de running.
    Pour la cuisine asiatique, je la pratique depuis plusieurs années et j’ai pu récupérer quelques adresses d’amis vietnamiens et chinois. Depuis, je vais toujours là et c’est délicieux !
    L’Impérial Choisy, av de Choisy, pour LA vraie cuisine chinoise uniquement (La meilleure soupe de raviolis crevettes de Paris, les raviolis sont faits sur place et devant vous à l’entrée, la rôtisserie est délicieuse également.
    Bambou, rue Baudricourt, pour LA vraie cuisine vietnamienne. Des Pho divins, Bo bun, et toutes les spécialités vietnamiennes que vous aimez seront sur la carte.
    La différence entre ces 2 restos et Tricotin ? Tricotin fait du chinois, du viet et du thai… Quand vous allez chez un italien, vous ne mangez pas de la paella non ?
    Essayez et vous m’en direz des nouvelles
    Bignad

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *