J’avais des hauts, j’avais des bas – Semaine 8/10 prépa marathon de Boston

marathon de Paris 2014-=babaorun

Marathon de Paris 2014, km 12 dans Vincennes @babaorun

En ce lendemain de marathon de Paris, faire le bilan de ma petite semaine d’entraînement me paraît soudain bien nombriliste. Qu’à cela ne tienne… je suis blogueur de toute façon.
Vous savez, je suis solidaire ! Pour preuve : moi aussi, j’ai mal aux jambes ce matin ;-), car ces sept jours auront été rudes.

Dans un plan classique, la S8/10 constitue une grosse semaine, qui allie volume et qualité. C’est, en tout cas, la dernière semaine duraille !

Comment faire une semaine difficile quand on court peu ?

Mode d’emploi

Lundi : J’attaque la semaine après un weekend bien costaud, que j’avais même nommé week-end choc, par un footing à jeûn de 1 heure, histoire de bien vider encore le peu de réserve glycogène qui me restait.

AL : Week-end choc, week-end choc, tout de suite, les grands mots !
JC : Peut-être moins que l’an dernier, pourtant je me suis tout de même rentré dedans tu sais !

8ee4158de2d84ad992ca7326505ade71Oui, car cela faisait bien longtemps que je n’avais couru à la levée du jour. Les jambes hyper chargées de courbatures me donnent encore la sensation de « courir carré ». La mécanique n’est toujours pas mise en place, mais la condition commence à pointer son nez. Le pied se révèle à peu près ok à l’effort – mais très moyen ensuite à froid.

Mardi : Je me fais une top (mais dure) séance de HT avec à la clé, comment dire… un dégât des eaux ! (AL : JC alias transpirator)

J’enquille 4 x 6′ (15″/15″ – 20″/20″ – 30″/30″ – 45″/15″) r 2′ entre les blocs.

Mercredi : Aquajogg au saut du lit. C’est que je commence vraiment à aimer ça dites donc ! Après l’échauffement, je pars sur 4 x 8′ au seuil avec une récup de 2′.
Le soir, ENFIN, je me refais un footing dans le bois de Vincennes. Il me manquait celui-là. Tranquille, à la tombée de la nuit après le travail, j’adore !

Jeudi : Grosse séance de HT encore et encore, je ne lâche rien : 8 x 3′ + 1′. Les 3′ allure marathon, et la minute enchaînée allure semi marathon  😉 . R 1′

AL : « Allure marathon » sur un vélo. Décidément, les cyclards sont des êtres bizarres !

Vendredi : Ça chauffe sous le capuchon (aka bonnet de bain). Ce matin marque certainement la séance la plus hardcore du plan aquajogging. Au programme et au saut du lit : 15 x 1′ VMA récup 30″, oui, vous lisez bien, que 30″ !

L’après-midi, je m’offre un footing d’une heure. Le coach a dit « cool-cool », et je me suis bien accommodé de cette consigne. Passablement fatigué le garçon…

AL : Et comment va ton pied ?

Mon pied à l’effort est ok. Je le sens dans les virages ou les changements d’appui, sinon ça va. En revanche, j’ai toujours mal quelques heures après une séance ou le lendemain.

veloSamedi : C’est le jour du rendez-vous de Longchamp sur les chapeaux de roues. Je passe 3 heures dans le peloton, et malgré la traversée de Paris à l’aller et au retour, je m’en sors avec un 35 km/h de moyenne. Vroum dans les rondins !

Dimanche : Marathon de Paris

J’ai fait le mien aussi 😉
AL : Le fameux marathon du supporter dont je te parlais l’an dernier. Comment tu fais toi alors ?

J’accompagne des copains durant 55′ en courant. Et parfois, les copains, et bien, ils vont vite. Jérome Chiotti qui finit en 2 heures 34 par exemple !
Puis je saute sur mon vélo vers l’arrivée, pour finir un peu à Longchamp. Je rentre à la maison et hop, de nouveau, je chausse les runnings pour cette fois-ci, tenter un peu d’allure en courant. J’avoue avoir désobéi à mon coach qui prônait de les faire à vélo… 4 x 10′ sur mon parcours test habituel.

Soit un total de plus de 4 heures de sport dans la matinée.

Ça s’en va et ça revient

hoka

La fashion police fait la grimace !

Bilan :  Les jambes s’habituent de nouveau à courir. Samedi au Running Expo, je me suis acheté une paire de Hoka, sur les conseils de plusieurs amis. J’ai testé dimanche cette paire over épaisse -et néanmoins légère-, pour essayer de protéger un maximum mon pied. Et bien, je suis très surpris par la qualité de ces chaussures, et mon pied a l’air d’apprécier aussi… A suivre.

Cette semaine fut assez dure moralement, car elle a soufflé le chaud et le froid. Le plaisir de recourir, voire d’aller un peu vite, avec les lendemains qui déchantent ne sont pas simples à gérer.
Mais ce début de semaine 9 s’annonce positif. Pas plus mal au pied que ça, alors que, mine de rien hier, j’ai beaucoup couru. Mon kiné, qui ne s’autorise pas à être trop optimiste avec moi, commence à se montrer confiant, c’est dire !

Purée, deux semaines !

62c2cdd3adaf12949691cedee200c1b8Théoriquement, là -à 2 semaines de l’échéance-, je devrais commencer à débrancher un peu, mais avec mon coach, nous avons choisi de continuer à développer sur les sports portés. Résultat, ce soir 25′ de 30″/30″ à faire sur le HT, à me repasser l’enregistrement du marathon de Paris à la télé. Ça va passer tout seul !

En fait, je suis fichtre motivé.

AL : Eh bien, pour te soutenir un peu plus, je t’ai trouvé une jolie ballade folk tiens, regarde…

 

 

 

Ce contenu a été publié dans Entraînements, On sporte bien, Prépa marathon Boston, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

12 réponses à J’avais des hauts, j’avais des bas – Semaine 8/10 prépa marathon de Boston

  1. DaJo dit :

    La prépa marathon la plus originale qu’on puisse suivre sur le web… Je croise les doigts pour que çà marche et que tu prennes ton pied (non, pas de clin d’oeil particulier :)) à Boston !

  2. freerunner dit :

    je suis ton entrainement et c’est une vraie expérience dont je suis curieux de connaitre le résultat
    il faut en avoir envie de ce marathon pour faire ce que tu fais
    de manière plus egoiste je suis aussi l’évolution de ton problème au pied car je commence aussi à souffrir de mon aponevrose
    comme toi j’ai entendu parler des hoka pour ce problème donc je suivrai ton ressenti sur ce point
    allez bon courage la ligne de départ se rapproche 🙂

    • Jean-Christophe dit :

      On ne va pas s’emballer sur les projections de résultats. Un marathon ça se prépare en courant quand même. Là il s’agit de le faire avec le sourire et sans inquiétude pour la suite de la saison. Mais oui clairement, j’en tire pleins d’enseignement.

  3. Effectivement très atypique cette prépa marathon. Ca ressemble encore moins à un plan marathon que mon non plan marathon pour Nantes ! On croise les doigts pour Boston !

  4. vivie dit :

    Ta persévérance et ton courage semblent porter leurs fruits.
    Bravo ! ♡

  5. valérie SECKLER dit :

    On sait que les prépa marathon sont rarement de longs fleuves tranquilles et qu’elles mettent souvent nos nerfs à rude épreuve, mais là chez toi c’est un feuilleton à suspens, avec moult rebondissements, & qui nous maintient en haleine et suscite l’attention, et on a hâte de connaître les prochains épisodes avant la fin … :-))
    Tu serais pas un peu scénariste, en fait ?? !! ?? ;-)))

  6. Je ne sais pas ce que ça va donner au final, mais c’est vrai que c’est un vrai roman à suspense et une vraie référence à venir pour tous les coureurs blessés.

    • Jean-Christophe dit :

      Je ne dirais pas que les coureurs blessés. J’en tire beaucoup d’enseignements personnellement.

      • En tout cas, je conseille ta séance de HT « 4 x 6′ (15″/15″ – 20″/20″ – 30″/30″ – 45″/15″) r 2′ » à tous les grands malades masochistes 🙂 Surtout le 45″/15″.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *