A Chamonix, on est sportif ou on n’y va pas !

Bienvenue dans les Alpes ! @babaOrun

Bienvenue dans les Alpes ! @babaOrun

 

Même si mon objectif de l’été 2013 se veut «fun», je ne pouvais envisager de faire le Marathon du Mont-Blanc sans un entraînement de reconnaissance sur site, dans les Alpes.

Donc le week-end dernier, direction Chamonix. Et là,  j’ai vite capté que ça n’allait pas être une mince affaire…

Rétropédalage : que représente la montagne pour moi ?

Des années de pratique de VTT, de reconnaissance à deux-roues avec des tétines sur les pneus.

AL : Euh, traduction please ?
JC : des pneus à crampons quoi !

JC Savignoni en 1993, du temps du VTT @babaOrun

JC Savignoni en 1993, du temps du VTT @babaOrun

Dans mon ancienne vie, j’en ai accumulé des heures à m’entraîner, à observer le terrain, à souffrir dans les cols, à m’appliquer à progresser techniquement, à profiter de l’ambiance sportive, unique en montagne. A dormir à la fraîche l’été, à subir les intempéries capricieuses des sommets. A bader devant des paysages toujours changeants et si souvent sublimes. A humer l’oxygène rare en espérant que cela booste ma forme en revenant en plaine.

Tout ça me manque finalement, et il ne m’a pas fallu tergiverser trop longtemps pour préparer un week-end à Chamonix dans une ambiance quasi-pro  !

Faire monter la pression

Vendredi fin d’après-midi, c’est parti ! Avec pour seul bagage une petite valise à roulettes  (comme c’est bon d’être coureur et de ne plus avoir tout ce matos vélo à déplacer…). J’arrive à Genève, loc d’une petite auto, Daft Punk à donf -suggéré par un post de Sylvaine Cussot sur FB- et me voilà dans le vert des montagnes sous un franc soleil, à attendre mes hôtes au tremplin des Bossons en regardant le Mont du Gouter et son glacier. Le sourire du jeune sportif retrouvé.

AL : jeune, jeune, c’est vite dit !

Encore à peu près frais, au chalet @babaOrun

JC, encore à peu près frais, au chalet @babaOrun

Je découvre mon logement, un chalet top que je partage avec des amis dans le même trip que moi. Puis, rdv est pris avec mon coach trail et ami de 20 ans Benoît Nave pour le lendemain à 8h30. Tout est donc calé pour samedi.
Je dors presque comme une veille de course ! Donc pas super bien. Réveillé bien avant la sonnerie de mon tél, j’avale un bol de porridge, je réunis mes affaires de traileur en herbe, et je file rejoindre mon guide et maître (vainqueur de l’EcoTrail 2013 tout de même le bougre !).

Benoît me prévient qu’il va faire 15’ à allure course, et enchaîner avec 10’ encore plus rapides. Gloups… D’autant que je ne me sens pas très bien dans mon assiette, n’ayant pas digéré le repas de la veille (une pizza délicieuse mais le fromage et le gluten ne font pas amis-amis avec mes intestins) + petite nuit + l’altitude + on n’arrête pas de causer. Normal, car il s’est écoulé 10 ans sans s’être vus !).

Sur mon nouveau terrain de jeux

Après 2-3 bornes de plat, on attaque les choses sérieuses, ça monte sec ! Je me souviens avoir fait une manche du championnat de France VTT dans le coin. En 1993 ? Je ne sais plus et pas le temps de réfléchir.

Avec Benoît Nave @babaOrun

Avec Benoît Nave @babaOrun

Benoît a mis en route : nous sommes partis pour 2 heures 30 à 3 heures de run avec minimum 1500m de déniv +/-… Il me tarde de m’évaluer en descente avec un montagnard comme lui. Après 1 heure 30 d’effort, ma forme revient !
Je me régale, j’essaie de faire comme en VTT et je me prends même à serrer le frein arrière comme pour mieux déraper dans les virages… délire ! Ça cogne dans les cuisses, mais il semble que l’entraînement de ces dernières semaines paie, car je ne me sens pas si mal.

On prend le temps de s’arrêter faire quelques photos, contourner des vaches avec des cornes, remplir nos bidons aux fontaines. Nous terminons parfaitement le premier acte de ce week-end choc ! Je savoure vraiment.

Acte 2, rando !

Avec Anne Valéro en rando @babaOrun

Avec Anne Valéro en rando @babaOrun

Retour au chalet pour déjeuner en compagnie de trois montagnards chevronnés et Anne Valéro. Ils me font part de leurs expériences sur des trails dans la région. Des noms fusent, CCC, Maxi Race… Pouah ! Ils me font rêver !

AL : J’ai peur…

Quel terrain de jeu ils ont au pied de chez eux !
Allez, pas le temps de flâner, le temps se couvre et l’orage se prépare. Il faut filer randonner et encore faire du dénivelé pour marquer les jambes.

Nous partons en marchant sur le balcon sud et le chemin de Belachat, jusqu’au premier névé. Ou comment ajouter 2 heures 30 sur son carnet d’entraînement et 700 m de déniv en papotant tout du long avec Anne et Didier notre hôte. Top ambiance !

Acte 3 : le col des Posettes avec Benoît

Départ prévu 8h30.
Je dors toujours comme un cadet et cette fois, je suis vraiment levé tôt… 🙁
Aujourd’hui par chance, « seulement » 2h d’endurance de prévues, mais 700m de dénivelé en 3km. De quoi tirer dans les mollets et les fessiers…

Ca caille là-haut ! @babaOrun

Ca caille là-haut ! @babaOrun

Neige de juin ! @babaOrun

Neige de juin ! @babaOrun

Le temps laisse à désirer, et arrivés à 1800m,  ça caille. Surtout que nous courons sur ou à côté de la neige. Avec ce printemps cata, elle n’a pas fondu. D’ailleurs on ne pourra pas faire les crêtes des Posettes et sa descente hyper technique, dommage ! Je la découvrirai directement donc durant l’épreuve.

AL : bon, alors, bilan du week-end ? On déménage bientôt dans les Alpes, c’est ça ?

Bilan -comme dirait mon fils cadet – « Trop bien ! »

J’ai adoré crapahuter dans ces sentiers. Sentir les odeurs des sapins, retrouver les racines, la caillasse, le moelleux du terrain aussi. Je ne peux m’empêcher de revivre des moments passés sur mon VTT, mais là, je découvre une autre discipline et c’est encore plus grisant.

JC content dans son nouvel/ancien élément @babaOrun

JC content dans son nouvel/ancien élément @babaOrun

Du VTT ou du trail, quel sport est le plus dur ? La question risque de fuser rapidement.
Avant d’y répondre, je préfère attendre la course pour avoir une idée plus précise, mais d’ores et déjà, je peux comparer les reconnaissances et l’entraînement.
> En trail, la difficulté majeure réside dans le fait que l’on ne récupère jamais. Le cœur reste haut même dans les descentes rapides (ça je dois le travailler encore et encore afin d’être plus relâché pour faire baisser ma fréquence cardiaque de 10 pulses), les chocs sont plus directs dans les muscles.
> En VTT, la discipline demande une pratique plus tonique. On mobilise davantage la force des cuisses. Ah, et aussi, le froid se fait plus pénétrant. Et puis, on a un casque, et un vélo ! Et ça, c’est embarrassant…

Mais j’ai retrouvé cette ambiance propre aux sports d’endurance montagne, et les trajectoires ; ce sont les mêmes ! Maintenant « yaplukafokon », il me faut pratiquer sur mes deux pieds !

Donc habiter non, venir souvent oui !

Ce contenu a été publié dans Entraînements, On sporte bien, Prépa marathon Mont Blanc, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

13 réponses à A Chamonix, on est sportif ou on n’y va pas !

  1. Philippe dit :

    Eh ben ! Moi qui croyais que Chamonix c’était juste un petit gâteau !

  2. jecoursparis dit :

    J’ai vraiment adoré lire ce billet, j’ai eu la sensation d’y être aussi! « Trop bien » 😉 merci

  3. Arnaud J dit :

    Super article JC.
    Hate de voir ce que ça va donner fin Juin. Impressionné par ta rigueur d’entrainement, ta constance et ta motivation. J’apprend…

  4. pons dit :

    merci pour ce message, qui laisse présager une course difficile mais superbe. En espérant que la neige ait fondu un peu
    au 30 juin donc juste pour le départ après …..

  5. j’aodre votre façon d’écrire! on s’y croirait!

  6. serena dit :

    Blog fatto davvero bene. Se posso permettermi di dare un piccolo consiglio, cercherei di implementare meglio la funzionalit

  7. cristina dit :

    Ottimo articolo, ne faro’ un punto di riferimento, chissa’ che quanto letto non possa aiutare anche me.

  8. mason dit :

    Keep up the very good work.

  9. Ping : A Chamonix, on est sportif ou on n’y va pas ! | CookingPlanet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *