Gone with the Tailwind… (Test lunettes)

Il fut un temps où je courais le nez au vent et l’œil à demi fermé, éblouie par toutes vos performances le soleil.  Mais je vous préviens, ce temps est révolu. Désormais je peux lancer ma casquette en l’air dans un geste libératoire : j’ai des lunettes de soleil d’enfer !

Non pas celles-ci :

Lunettes Lolita Lempicka pas pratique pour courir

Lunettes Lolita Lempicka pas pratiques pour courir

Mais plutôt des trucs de Robocop que j’aime presque autant !
Elles s’appellent Tailwind, un nom qui m’évoque à la fois Rhett Butler et Christopher Cross (et là, allez-y, réfléchissez !). Elles m’ont été prêtées afin que je survive en Ritalie, pays de l’immense chanson O sole Mio, ce qui veut tout dire.

Je décidais donc de tester mes lunettes Tailwind dare-dare, et par la même occasion de m’affranchir de ma casquette épanche-sueur-du-front (et ainsi peut-être blondir un peu).

SUPERLIGHT
Elles se révèlent un peu grandes pour mon visage si fin et délicat, mais dès que je les chausse – sur mon nez, pas aux pieds-, je les oublie. Elles sont si légères. Pensez, 24 grammes…

lunettes soliel sport tailwind

VERRES D’ENFER
Les verres sont bien larges et évasés sur le côté de mes pommettes, c’est simple, je ne les remarque plus. Mais heureusement, je vois bien à travers. Malgré ma biglosité notoire. Et je cours, je cours, tantôt face à la lumière pour raviver mes taches et mes rougeurs (!), tantôt à l’ombre pour ne pas mourir d’une insolation.

Alors que d’habitude, je souffre de ce passage de la lumière à la pénombre, telle une star déchue, là, pas de souci, ma vue s’adapte. Euh, quoique, en réalité, ce sont les binocles qui suivent mes pérégrinations. Car ces verres Transitions sont étudiés pour. Ça s’appelle « photochromiques« , ils varient selon la luminosité sans pour autant que l’on ressemble à Ray Charles!

Ils sont décidément fortiches ces verres ! En outre, ils se disent anti-buée et sont montés de telle manière que je les croyais mous. On me souffle à l’oreillette que ce sont des « verres flottants ».

PAS CHIANTES
Bien que pleines de promesses, mes nouvelles lunettes de pro ne m’empêchent pas de transpirer, malheureusement. Même avec le pont de nez aéré (je maîtrise grave le vocabulaire de pro de l’optique), si si, je vous jure, avec des petites stries scientifiquement étudiées pour mon confort. Mes lunettes restent en place, ne se débinent pas. Pas comme mes lunettes Puma qui avaient chuté au fond de l’Océan dès ma première chute de stand-up paddle…

Si je voulais, je pourrais même remonter ce pont de nez, car il y a deux positions. Mais je veux pas (bon, en vérité, faudrait que je retrouve le mini tournevis à lunettes, ça me gonfle).

ACCRO
J’ai remarqué des trous dans le bout des branches pour les accrocher comme ma mère quand elle fait ses mots croisés et qu’elle a besoin d’avoir ses lunettes autour du cou. Mais moi, quand je cours, j’ai pas besoin de mettre mes lunettes de soleil en collier. En revanche, j’ai pu constater qu’en serre-tête, elles se révélaient diablement efficaces aussi les Tailwind. Tu peux même courir avec tes lunettes sur les cheveux, elles tiennent d’en-fer. Même tes cheveux ne glissent pas !

PERE NOEL
Le seul hic de ce très pratique accessoire de sport réside dans son prix : 185 euros.
Just buy it!

lunettes tailwind babaorun

 

Lunettes solaires pour coureurs Tailwind 12, Nike/verres Transitions.

Sur Babaorun, tu peux aussi :
> lire notre expérience hibernatus avec la cryothérapie corps entier
> comprendre pourquoi c’est pas utile de bouffer de la malto
> et te mettre au cross-training, pour optimiser ton entraînement et minimiser les blessures.

Et si tu veux nous suivre en images, viens sur notre compte Instagram, tellement si swag.

Ce contenu a été publié dans Matériel & équipement, Vêtements de sport, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Gone with the Tailwind… (Test lunettes)

  1. Totorophelie dit :

    Argh, y’a que le prix qui me rebute un peu… mais sinon elles ont vraiment l’air top. Bravo pour ce test plein de poésie et de langage spécialisé en lunettes.

    • babaAL dit :

      Merci ! Je me suis dit la même chose, mais après réflexion, faut pas rigoler avec sa vue, et les verres sont extrêmement quali, notamment pas de déformation d’image ni de souci de luminosité. L’équipement du runner devient de plus en plus cher…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *