Test Flyknit Lunar2, une soirée pour se faire une idée ?

Quand on court, qu’on a un tendon d’Achille qui yoyotte et qu’on est un peu fille dans l’âme (traduisez : qu’on aime bien les chaussures), chaque nouvelle paire de chaussures de running qui sort éveille la curiosité.

Runcrew, Nikestore, running session…
En anglais, ça fait plus pro !

© Flyknit Lunar2 Nike

© Flyknit Lunar2 Nike

Etant à la recherche de LA chaussures qui se fera oublier à mon pied sans éveiller aucune douleur, LA chaussure qui me fera courir très vite sans que je fournisse un quelconque effort (ben quoi ?), LA chaussure trop belle, trop cool, trop novatrice, trop chère (160 €), je me suis ruée sur le plan que Nike running proposait via Facebook. Une sortie féminine dans Paris pour tester leur dernière-née : la Flyknit Lunar2.

Car la marque à la virgule, grande pro des pubs qui donnent envie, a lancé des running sessions pour tester la Flyknit Lunar2, son dernier bijou. Moi, plus rapide que l’éclair, clic, clic, je me suis inscrite dans le runcrew75 (le nom branchouille pour désigner un groupe Nike de coureurs parisien) pour un lundi soir dans Paris entre nanas.

J’arrive au magasin de Saint-Michel, Nikestore dédié à la course à pied où l’on a envie de tout acheter – jusqu’à ce qu’on regarde les étiquettes des prix-, et je file me changer.
On me confie une paire de Flyknit Lunar2 (2 car c’est déjà la deuxième version), et comme souvent, j’ai droit à un modèle masculin car je demande du 42. 42, pour mieux résister au vent pardi !

Comme dans des chaussons

Je me sens comme dans des chaussons tant c’est moelleux, et pour une fois, mes pieds sont bien maintenus du talon aux orteils. Car quand on a les pinceaux plutôt fins (des pieds féminins somme toute), très souvent, l’avant-pied flotte au bout dans un modèle pour homme.

En enfilant ces running shoes, dont le chaussant est tissé quasi d’une pièce, je me sens comme dans des chaussons-chaussettes.

flyknit lunar2 test

Le hic, c’est que mon pied tend fâcheusement à pencher vers l’intérieur. Pour les novices : ça s’appelle la pronation. Et là, je sais que je vais solliciter ma cheville dans un mouvement d’écrasement latéral interne super moche. Cela dit, depuis que j’ai vu la foulée de Prisca Jeptoo, gagnante du marathon de New York 2013, je me dis que tout est permis du moment que j’avance !

Courir avec Nike dans Paname

Bref, après 45 minutes d’attente, nous levons enfin le camp, musique à fond dans le calme des rues de la Rive Gauche. Je fais sensiblement monter la moyenne d’âge, qui doit avoisiner les 27 ans. Je me sens un peu « vintage », non pas à cause de mes pattes d’oie mais plutôt du fait que je préférerais cette musique sur le dancefloor, plutôt que dans la quiétude parisienne.

Nous sommes une petite centaine. 100 meufs dans Paris, courant lentement, slalomant entre les quelques passants et les poteaux bruns qui bordent les trottoirs, stoppant à chaque croisement, s’arrêtant pour attendre que le flot reparte… Au final, nous parcourons 6 km en une heure et demie (entrecoupés de petites sessions de gammes et de PPG, tout de même). C’est dire si on n’avance pas !

test flyknit lunar2

Flyknit Lunar2 par babaAL, le test le plus court de l’histoire de la chaussure de running

Bilan + : à ce rythme de stop-and-go, en piétinant pas mal et avec quelques montées de marche à la clé sur les quais, je constate qu’Achille ne bronche pas, malgré la torsion de la cheville que ces Flyknit Lunard2 ne canalisent pas.
La languette ne bouge pas, la chaussure tient bien. Nikel !
Le rebond de ce modèle tout léger est incroyable, et malgré un look faussement minimaliste, elles affichent un drop de 12 mm. Parfait pour mes mollets sensibles.

Bilan – : Mais je n’ai pas testé leur résistance après un bon volume de kilomètres. Aussi, je ne connais pas la longévité de cette incroyable souplesse, due en partie à la matière de la semelle. est-ce qu’après quelques omis, les Flyknit se révèleraient toujours aussi bondissantes et confortables ?
Ensuite, étant donné mon poids (64 kg) et ma foulée un brin talonnante, on ne peut pas dire que je sois la cible parfaite pour ce modèle Nike.
Enfin, même après 6 malheureux kilomètres, mes orteils ont surchauffé, et la peau sous l’index du pied rougeoie, pas loin de l’ampoule. L’avant-pied n’est vraiment pas épais, et avec des chaussettes fines comme mes DTer, mes arpions s’échauffent vite.

a9547ba28b1e11e38d280e608e7a733c_8

Mais il est une chose que Nike réussit à chaque fois : me  donner envie de porter ses Flyknit Lunar2, rien que pour leur look, ultra réussi. De retour au Nikestore, je rends mes chaussures avec regret, et renfile mes bottines qui me semblent bien rigides !

Découvrez aussi le test New Balance M890 Revlite

Ce contenu a été publié dans Matériel & équipement, Test chaussures, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à Test Flyknit Lunar2, une soirée pour se faire une idée ?

  1. TITA dit :

    Eh bien nous on va se faire la coulée verte : parc A. Citroën – parc G. Brassens en petites foulées avec nos « Hogan de compet ». Évidemment me direz vous cela ne fait que 2 kms 600 mais on se fera peut être un bis repetita, et pourquoi pas ?
    Avec nos » chausses « on s’appuie tout de même souvent gare St Lazare Gare Montparnasse sans coup férir mais c’est cela la « djeunesse ».
    Mais qui est donc cette TITA ???

  2. Daddy TB dit :

    Moi aussi j’ai bloqué sur la foulée de Prisca Jeptoo. Elle doit avoir un problème à la jambe droite, non ?
    Mais c’est dingue, tout le monde se plaint d’avoir les pieds qui chauffent avec Nike. Moi, j’aime bien justement !

  3. Daddy TB dit :

    Moi aussi j’ai bloqué sur la foulée de Prisca Jeptoo. Elle doit avoir un problème à la jambe droite, non ?
    Mais c’est dingue, tout le monde se plaint d’avoir les pieds qui chauffent avec Nike. Moi, j’aime bien justement !!!

    • AL dit :

      Peut-être que tu as les pieds plus charnus que les miens. Je suis cap de me faire une ampoule avec des tongs, t’as qu’à voir !

  4. Moi aussi j’ai bloqué sur la foulée de Prisca Jeptoo. Elle doit avoir un problème à la jambe droite, non ?
    Mais c’est dingue, tout le monde se plaint d’avoir les pieds qui chauffent avec Nike. Moi, j’aime bien justement 🙂

  5. Les pieds chauffent vite c’est vrai! Justement quand on a pas envie de s’échauffer c’est cool mais pour des longues distances c’est pas top top. (J’ai des flyknit free run)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *