Mon premier trail à la Gap’enCimes

« Bonjour, je m’appelle Anelor, et je vais faire mon premier trail. J’ai peur. »

Non, vous n’êtes pas à une réunion des coureurs anonymes, mais juste la veille du Trail de la Brèche, aka le parcours court du programme gramme (ah non, pardon !) des trails de la Gap’enCimes.

Le trail pour les nuls

zen AL @babaorun

zen AL @babaorun

Le trail est à la course à pied, ce que peut être le VTT pour le vélo. Des montées, des descentes, et du tout-terrain.
Le trail « court » de Gap totalise 12km, avec un « petit » dénivelé positif de 750 m. En gros, cela signifie que tu vas en chier à te taper une montée de 750 m, et ensuite, il faudra redescendre. Pour te donner un repère, le Cross du Figaro en montant en haut du parc de Saint-Cloud = + 188 m. Pourtant, déjà, tes jambes te remercient…
Tu comptes 1km suppl par 100 m de dénivelé, à ce qu’on dit.

A Gap, si vraiment t’as envie, tu peux aussi parcourir 52 km avec un dénivelé+ de 3200 m. Un truc de martien pour des gens comme moi ! Je me borne à 12, déjà pas mal pour un début.

Le stress monte aussi

La météo, une science hyper inexacte

La météo, une science hyper inexacte

J’ai été très addict à l’appli MétéoFrance cette semaine. Et plus j’ai consulté les prévisions, plus j’ai stressé. Oui je sais, c’est pas bien malin, mais je ne suis pas tout le temps une fille maligne (et là, vous dites « mais siiiiiii », merci !). Selon les pros du temps, la pluie s’annonçait, option orages-ô désespoir.
Déjà que filer vers l’inconnu d’un premier trail en montagne me tendait le mollet, mais la perspective des descentes qui glissent et des éclairs en sus, j’en frémissais d’avance.

Pourtant, au moment du départ, bye bye les nuages, place à une chaleur humide. Je me dis que vraiment, c’est un beau métier météorologiste, tu peux te tromper comme tu veux ! Et je voue un culte sans limites aux gens de chez Asics et surtout à Géraldine de chez Bernascom d’avoir organisé l’arrivée du soleil.

Au début de la montée @babaorun

Au début de la montée @babaorun

Autre élément de stress pour alimenter mon manque de confiance notoire : le fait de devoir finir la course en deux heures pour ne pas louper le bus du retour et par effet de ricochet le TGV. Là, ça se complique pour moi, qui me rassurait déjà à grand renfort de « tu t’en tapes, au pire, tu te fous en mode rando ».

Peu avant le départ, on nous annonce que finalement le parcours est modifié à cause des orages qui ont eu lieu pendant la nuit, et donc le dénivelé n’excèdera pas +500. Ouf ! Je pars donc beaucoup plus confiante.

Ma Gap-sans-Cime

Un autographe d'un mono de ski de fond de 25 ans @babaorun

Un autographe d’un mono de ski de fond de 25 ans @babaorun

Vendredi : mini entraînement mené par Laurent Ardito avec Xavier Thevenard sous la pluie. Je n’ai pas osé faire ma blogueuse à demander qu’on me prenne en photo, mais j’ai tout de même choppé un bel autographe, comme une gamine.

Samedi, rebelote avec un dernier échauffement ensoleillé, sympa, avec le charmant Franck Bussière cette fois.
Et on se positionne au départ.

Je laisse passer des mastards avec un tee-shirt « troupe de montagne », ça en jette, je suis si impressionnable ! La musique est lancée, du Vangelis pur jus, je pense direct à l’humoriste que nous avons vu la veille, je vous en reparlerai, un top spectacle sur le trail.

Feu !

Et paf, ça grimpe direct. Au bout de 5′, je marche déjà, m’en fous. N’empêche que rapidos, je double des gens au souffle encore plus court que le mien. Il fait beau mais aussi… bien chaud et moite. Je bois, vivement le ravito en haut.

Sauf que de cime, il n’y aura point : le parcours ayant été modifié, on zappera le col de la Brèche et les organisateurs zapperont… le ravito ! DOMMAAAACHE !

Je grimpe bien, lentement mais d’un pas dynamique et régulier. Et dès que le paysage ouvre sur la montagne, je dégaine l’iPhone pour prendre des photos. Je perdrai 2′ mais c’est pour vous mes chéris ! Cadeau :

Vue sur Gap, c'est beauuu @babaorun

Vue sur Gap, c’est beauuu @babaorun

Là-haut, je mets les watts

Asics Trabuco, un peu lourdes mais fidèles @babaorun

Sur la crête, les paysages m’emplissent d’une joie comparable à celle d’une arrivée en vacances et j’essaie d’accélérer. Dès que le parcours descend, je fonce. Je fais fi des flaques et j’enquille. J’adore. De plus, les spectateurs le long du parcours ne manquent pas, l’ambiance est très sympa.

Chemins de terre alternent avec chemins presque secs, puis on attaque le single (sentier avec place pour une seule personne) en sous-bois, qui descend bien.

Et je passe la 3e !

C’est le moment de se mettre en mode cabri. Bon, toutes proportions gardées, car pour un Xavier Thévenard, je serais certainement en mode Bélier tout au mieux.

Je double un collègue qui se pousse (merci), et je prends un petit gel au km7, enfin j’avale un petit peu de gel puis je m’interroge : reste-t-il de l’eau ? Niet, nada ! Purée, et voilà que j’avale un moucheron (quand je respire, je ventile pas mal) qui se colle dans ma gorge encore bien gluante de gel. Salop**** de bestiole ! Je crache comme je peux. J’ai soif. Et le ravito ? Anne, ma sœur Anne, ne vois-tu point de ravito venir ?

La vache, ça se complique, il fait vraiment chaud à 16h sous le soleil, et il me reste 5 km sans flotte. Je poursuis ma descente à bloc / « à mon bloc » on va dire. J’ai beau essayer de relâcher, je sens que le cœur bat vite.

La farce des Gapençais

On arrive enfin en zone urbanisée sur le bitume, 11km8 indique la Garmin, ouf, bientôt fini quand… Au moment où je rêve déjà au jerican de flotte que je vais m’envoyer dans 200m, un panneau s’érige sur le côté : il reste 1km !

Damned it ! Tabernacle de calice ! Sacrebleu ! Sa mère ! Rhâââ…

Ravito 0 / bouteillles 3 - AL à l'arrivée @babaorun

Ravito 0 / bouteillles 3 – AL à l’arrivée @babaorun

Il ne faut rien lâcher, j’ai une revanche à prendre sur le moucheron terroriste qui s’était collé dans ma gorge sucrée. Je puise je-ne-sais-où l’énergie de finir honorablement, et ce sont finalement presque 13 km que je finirai en 1h31. Je suis super contente, un temps que je n’espérais aucunement ! Je finis 54e féminine. Nous n’étions pas très nombreux au départ mais tout de même, heureusement que les manchons de compression empêchent mes chevilles de gonfler !

NB : Je remercie mes chaussures Asics qui ont été de précieuses partenaires : aucune glissade, genoux et chevilles nickel, pas d’ampoule. Je n’ai qu’un mot à dire : YOUPI

Récapitulatif

Distance: 12.89 km
Temps: 1:31:41
Allure moy.: 7:07 min/km
Gain d’altitude: 462 m
Calories: 835 C
Allure moy.: 7:07 min/km
Avg Moving Pace: 6:57 min/km
Meilleure allure: 3:50 min/km

Tout ça pour moi, c'est trop sympa ! @babaorun

Ce contenu a été publié dans Courses, On sporte bien, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

15 réponses à Mon premier trail à la Gap’enCimes

  1. bravo miss demi baba! c’est un super temps!

    • AL dit :

      Tu sais Mary, j’ai pensé à toi et à Stéphanie, Miss basketsauxpieds, car vous êtes les premières à m’avoir rassurée sur les sensations de trail. Quand je me faisais plaisir à descendre le plus vite possible (dans mes limites évidemment), j’ai repensé à ce que vous m’aviez dit.
      Merci les filles !

  2. Ben je dis Bravo et encore Bravo. Bon déjà se faire coacher par le vainqueur de l’UTMB, même quand on a un JC à la maison, c’est la classe pour un premier trail. Mais surtout plus de 8km/h avec un bon dénivelé pour la distance, c’est pas mal. Par contre, tu as écouté des « gens » qui te disent de partir sans trop d’eau pour « seulement » 12 km ? Pour ne plus avoir d’eau au km7. On a peut-être l’air con avec nos grosses gourdes de 600 ml ou nos water bag d’1L sur un 12 km, mais je flipperais tellement de me retrouver sans eau que je préfère passer pour un parisien/débutant. En tout cas, entre les photos et l’ambiance (moi aussi je veux démarrer un trail sur Vangelis !!!), il me tarde de faire un jour un premier trail alpin. Et sinon pour ton inscription au Marathon de Paris ? Tu vas voir, c’est tout plat, c’est une belle ville, il fera super beau et en plus y’a des ravitos partout (on appelle ça des bars).

    • baba AL dit :

      En fait, je n’ai pass écouté les gens. J’ai vu qu’il y avait un ravito de prévu là-haut, j’ai eu confiance en l’orga, et du coup, j’ai préféré m’alléger et partir juste avec mon bidon, pensant qu’il me ferait la montée.
      Conclusion : ne pas faire confiance à l’organisation des courses !!!

    • AL dit :

      En fait, j’ai vachement hésité à prendre le camelbak et puis quand j’ai vu qu’un ravito était prévu (source : l’orga de la course qd mm, aucune raison de douter de l’info), j’ai décidé de m’alléger et de ne prévoir qu’un bidon pour la montée, que j’aurais rechargé en haut. Conclusion : ne plus avoir confiance.

      Jen-Guigui, tu ne m’auras pas sur le marathon, bien tenté !!!

  3. Ça me rappelle de bons souvenirs ce CR de first trail (enfin le soleil en moins…). T’es mûre pour le Lozère trail de juin AL !!!!!!! 😀

  4. Philippe dit :

    C’était sympa de t’entendre en parler hier. Les photos complètent parfaitement le récit. Tant pis pour les 2 minutes 🙂

  5. Christine dit :

    Bravo AL!!!! Tu es inspirante

  6. bravo belle perf pour un 1er trail …. tu peux être fière de toi et contente que tu ais kiffé les descentes 😉
    et ces fichus moucherons une plaie et en plus ça apporte même pas la ration journalière de protéines pffftttt

  7. Ping : Runnosphere.org - Barefoot & Trailball, Course de la passerelle, Semi-marathons de Beauvais et de Bruxelles, Odysséa Paris, Run In Lyon, Gapen’cîmes

  8. Ping : Muscle tes zygomatiques ! | babaOrun

  9. Running Sucks dit :

    Le coup du moucheron m’a faite rêver, tu n’imagines pas ! Déjà le gel sans eau, je visualise bien alors avec une bestiole par dessus, gros kif ahah ! Bref, bé sinon, comme j’y connais absolument rien en trail, je copie sur les autres pour te féliciter 😉

Répondre à mary les baskets roses Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *