Initiation au trail d’une CoCo

163

Sur le GR20 vers le lac de Ninu @babaOrun

CoCo comme… COureuse en COrse voyons !

Courir sur du plat dans l’île de Beauté relève presque de l’exploit. Sauf à enchaîner les pas sur les plages peut-être, et encore !

Nous avons posé nos valises cet été dans un village de Balagne, en hauteur donc pour le calme, l’air, la vue, entre autres. Quid de nos séances de run ?

JC vient de courir le marathon du Mont-Blanc et rêve encore de course en nature –chassez le cerf, il revient au galop !-, alors qu’AL envisageant de s’essayer sur un trail début octobre se doit de tester les chemins accidentés.

IMG_4341

@babaOrun

Et quel meilleur terrain de jeu que la Corse pour bousculer ses chevilles, apprivoiser un peu les descentes, courir sur cailloux instables, bondir, rebondir, surmonter sa peur et … souffler dans les montées pour AL !

AL : Pour moi, tout a commencé grâce au défi de l’agence Bernascom. N’ayant pu courir les 10 km de Monaco (pas de bras, pas de chocolat ; glène pétée, course oubliée), je me retrouve en carafe dans le team Asics presse, quand Elodie me propose de rebondir sur le trail court de la Gap’encimes. Non sans appréhension, je dis banco, j’y vais.

Femme sous influence

 ©babaOrun

©babaOrun

Mon envie d’essayer s’explique aussi par l’engouement de mon Baba chéri. Après des années de VTT, JC a eu une telle révélation pour le RTT (running tout terrain), qu’il ferait passer Bernadette Soubiroux pour une simple illuminée. Je veux donc y goûter aussi (au trail, pas à Bernadette).
Ok, j’admets, j’ai peur de glisser en descente, je cours comme une enclume, mais qu’à cela ne tienne. De taureau ascendant scorpion, je tenterai l’espace d’une course de me transformer en marmotte ascendant bouquetin.

Des chaussures de trail pour débuter

©babaOrun

Test de mes shoes au Cap Corse ©babaOrun

D’abord à Cham’, je fais l’acquisition de chaussures adaptées. Je ne suis pas du genre minimaliste -y’a qu’à voir mes bagages quand je voyage-, alors j’essaie d’abord les Cascadia de Brooks, mais mes ongles butent trop sur le chausson. Je cherche des shoes sécurisantes, avec un bon grip, que je peux lacer et qui ne soient pas trop moches (je suis une fille enfin !). J’opte pour des Asics, les Gel Fuji Trabuco, puisqu’à Gap, je courrai aussi en Asics.

JC : C’est une bonne option, je pense. D’ailleurs, moi, j’ai longtemps hésité entre mes nouvelles Scott T2 Kinabalu et les Asics Fujiracer pour le MMB, et finalement, j’ai opté pour la sécurité : courir avec les mêmes chaussures que pendant mes entraînements. Bilan : aucun souci. Sauf, le mesh qui se déchire à plusieurs endroits…

IMG_4331

Petite joueuse, y’a même pas de pierres ! @babaOrun

AL : Ok, donc avec mes nouvelles Asics un peu lourdes, je me lance sur mon premier chemin. J’essaie tant bien que mal de suivre JC et son dernier fils de 9 ans. Tout léger, alerte et hyper fier de suivre son papa, il sautille partout le bougre. C’est plein d’énergie à c’t’âge là, dopé à la Pomm’pote !

Mais moi, en montée, je souffle comme un bœuf pas corse. La chaleur se fait toujours sentir mais la vraie raison, c’est que je me traîne, que j’ai probablement du poids à perdre pour mieux avancer, et que je fume un peu (ouh la vilaiiiine /ouais, je sais, mais c’est mon seul défaut) parfois.

Avionner en descente

C'est fou comme c'est moins pentu sur une photo !

C’est fou comme les chemins corses sont moins pentus en photo !

Les choses se corsent (hey, pas mal celle-là non ?). Les deux mâles me lâchent, et moi, je freine tant j’ai peur de tomber.
Je pense à mon épaule, à mes chevilles, et si je tombe en me fracassant la tête ? Puis j’essaie de passer la seconde. Allez, hop, hop, hop !
Mes genoux prennent cher, mes cuisses aussi, mais c’est rigolo.

JC : Au fait, tu as vu comme c’était beau le lac en contrebas ?

AL : Jure que j’ai vu autre chose que les endroits où je mettais les pieds enfin !

Quelques jours plus tard, je réessaie la descente, cette fois sur le GR20, là j’ai de quoi faire. Je lâche tout, j’y vais, je fonce, j’ai envie, je me suis échauffée sur une quinzaine de kilomètres, et cette fois, c’est parti ! JC n’en revient pas !

Son petit garçon a chuté, ne pouvant s’arrêter, mais moi je pense à Gap, et je continue. C’est l’fun comme diraient nos amis d’Québec. C’est dingue comme soudainement surgit une image de Heidi dévalant les pentes suisses !

Yapluka-fokon

170

Retour du Lac de Ninu @babaOrun

Maintenant, j’ai deux mois pour peaufiner-améliorer-préserver ma condition physique.

Le trail de la Brèche n’affiche pas une distance longue ni un dénivelé de folie, mais à mon niveau, ce sera bien suffisant. Je ne me fixe aucun objectif de temps, juste l’envie de finir dignement.

Entre-temps, promis, je vais faire mes devoirs ! Et qui sait, me réessayer aussi sur route…

En Corse, même les chèvres font du trail, alors pourquoi pas moi ?

 

Ce contenu a été publié dans Débuter, Entraînements, On sporte bien, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Initiation au trail d’une CoCo

  1. « En Corse, même les chèvres font du trail, alors pourquoi pas moi ? » 🙂

    Bravo à vous 2 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *