Muscle tes zygomatiques !

Amis runners, trailers, sportifs et autres zigotos qui, comme moi, aimez rire, oyez, oyez !

tragedie-du-dossard-yohann-metayLe staff d’Asics ne s’est pas borné à m’attirer dans ses filets à Gap, mais il m’a aussi fait une surprise. Lors de mon 1er trail en octobre 2013, j’ai eu l’immense plaisir, que dis-je, une chance inouïe, de découvrir un comique vraiment drôle (chose rare) : Yohann Métay.

Cet homme a réussi une réelle prouesse. Celle de détendre mes zygomatiques, muscles auxquels on ne pense pas suffisamment en PPG, durant une heure et demie sur un thème vraiment singulier : le trail.
Pas gagné !

Quand on m’a annoncé qu’au lieu d’aller me coucher, je devais me dépêcher de finir mon sorbet pour filer au café-théâtre, j’avoue, je me suis méfiée. Un café-théâtre à Gap…  Je vous épargne le fond de ma pensée alors, car vous pourriez me taxer de Parigote snobinarde (j’ai honte, je sais, c’est moche). Direction le Balladin, je prends place au 2e rang. Je ne suis pas folle. Je sais bien quels risques j’encours au 1er rang !

Yohann Métay et son épopée de l’UTMB

L’artiste entre en scène et démarre son spectacle «La Tragédie du dossard 512», en collant Kalenji, veste technique, chaussures de trail, sac Salomon, frontale et tout le bouzin. Yohann Métay a choisi de faire de son UTMB un one-man show excellent. Ça sent le vécu à plein nez.

Tout y est : le défi à la con, la prépa, l’équipement, le maire de Cham’, les doutes, les faiblesses, etc. et même la prouesse physique sur scène. Car Yohann, tout en déroulant son expérience, entremêlée de délires hilarants, court quasiment tout au long de son spectacle. Et déploie une variété de grimaces impressionnante.
Yohann interagit aussi avec son public. Et pour qui connaît vraiment le trail, c’est d’autant plus croustillant. Et la gaillard, lui, maîtrise son sujet. D’ailleurs, on l’a vu à l’oeuvre en train de faire le pitre sur le km vertical à Cham (et faire vraiment le marathon du Mont-Blanc).

Tous conquis !

Parmi le groupe de 14 personnes que nous formions, des profils très divers, des formes d’humour vraiment différentes. Pourtant, au sortir de ce show, les réactions sont unanimes et l’enthousiasme, total.

J’ai tellement envie de vous raconter une ou deux blagues extraites de «La tragédie…», mais ce serait gâcher votre plaisir à venir. Car jurez-le moi : vous allez tout mettre en œuvre pour courir voir cet humoriste sportif dès que possible. Sans visionner de vidéo mal captée sur le Net, pour que votre surprise demeure intacte.

Où voir Yohann Métay ?

Lille, Arras, Villeneuve d’Ascq… Yohann ayant vécu longtemps dans le Chnord (y’a pas à tortiller, sont vraiment cools ces Chti) voit son spectacle régulièrement programmé là-haut. Mais avec le temps, le spectacle buzze, et il se voit régulièrement reprogrammé.
Je l’ai revu à Paris, et j’ai re-ri. Même le fils de JC, ado peu rompu à la pratique du trail, a apprécié. Toutefois, un total néophyte se gausserait certainement moins que nous autres.

Parisiens, il ne vous reste plus qu’à cliquer pour réserver votre place pour ce spectacle. Et nous, on espère que Yohann Metay va continuer à exploiter le filon sur scène… 


Au théâtre La Comédie des Boulevards, Paris 2, du 1er octobre 2015 au 9 janvier 2016
Plus d’infos sur les dates ici

 

Ce contenu a été publié dans Bons plans, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à Muscle tes zygomatiques !

  1. DaJo dit :

    çà donne bien envie !
    faudrait qu’il vienne faire un tour en Haute-Savoie… s’il ose 😉

  2. Et bien… quel enthousiasme ! Il semble vraiment valoir le détour !

  3. Eh ouais on est cool. Je découvre Yohann. Merci !

  4. Kutne dit :

    Salut AL !
    Merci pour cet article. j’ai eu la chance de voir Yohann à l’oeuvre dans un match d’improvisation à Lyon, à la fin j’ai pu découvrir qu’il avait fait ce spectacle sur l’UTMB, je n’ai malheureusement pas pu le voir, mais ton petit mot à ce sujet me conforte sur le fait qu’il faut que j’arrive à voir ce spectacle.

    Merci bien et à bientôt

  5. Ping : Pourquoi j'ai pleuré devant Free to run ? | BabaOrun

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *